LES CHATS

 

Didier FEDOU

 

 

 

chats fedou

 

 

 

 

" Benard me fait la conversation, me demande d'où je viens, quelques précisions sur ma vie passée et mon départ en retraite. Puis il me parle de lui, de ses chantiers, la canicule de cet été, la bouteille se vide, le saucisson connaît un mauvais sort. De temps en temps, il salue une connaissance qui passe de l'autre côté de la rivière, des gens de sa condition, gars du peuple, ouvriers et manœuvres, jamais aucun des quelques bourgeois qu'on voit se pavaner à une ou deux reprises. Je coupe son babillage :


– Gregott m'a parlé de certaines familles dans le village, des gens plutôt aisés.


– Y l'a voulu parler des quatre Familles, ouais. Té, 'gardez voir !


Un couple longe les quais, un jeune homme en redingote écarlate et chapeau malgré la chaleur, et sa compagne avec une robe longue et bouffante comme une meringue, qui même sous les platanes s'abrite d'une ombrelle ourlée de dentelles. Ils n'auraient pas dépareillés dans le palais du duc de Darwenn.


– La troisième génération des Familles. Lui, c'est Vektor Tarpeldt, et elle, Mona Jakobus. Y'a aussi les Lerkrhol et les Symylosky. Les quat' Familles, y sont installés ici d'puis toujours et tant riches qu'y travaillent pas et font travailler les aut' pour eusses.


Ce qui explique donc le nombre faramineux d'employés étrangers. C'est très fréquent, dans toutes les villes du monde je pense, que les plus anciennes et plus aisées dynasties influencent leur patelin, mais je n'ai jamais entendu parler d'une communauté si bien cloisonnée : quatre familles, trois générations, et des employés en quantité. Mais peut-être bien aussi que faire ma démonstration à Gregott m'a échauffé l'esprit, tandis que l'inactivité et l'ennui viennent à me peser. Je vois alors des curiosités là où il n'y en a pas..."



Au terme d'une carrière riche en aventures et en émotions, le capitaine Aghraddon peut enfin partir en retraite. Il se trouve une charmante maisonnette dans un petit village du sud, un coin de paradis qui promet les fruits de la vigne, la sieste sous les saules et la pêche au goujon. Un repos bien mérité.
Il ne lui faut donc pas plus de quinze jours pour commencer à s'ennuyer ferme, et part donc à la découverte de ce village. Qui sous ses beaux atours cache quelques secrets dans ses familles de notables. Et bientôt, fini la tranquillité, un mort est découvert. Les coupables ? Des chats. Et une lettre anonyme : "Mort aux collabos, livrez le Registre Rouge !"
Puis encore des chats, des meutes entières, qui deviennent fous et attaquent tout ce qui bouge...



Après "L'Ogre" et "Les feux de la Foi", retrouvez le capitaine Luderik Aghraddon dans une nouvelle enquête, un polar fantasy se déroulant dans l'univers des Terres de Légendes, du même auteur.

*******************************

Je suis un poil en retard sur mon blog (déjà que j'y passe pas souvent! LOL) donc je vais vous la jouer flemmarde et vous faire un copier-coller du commentaire que j'ai laissé sur amazon pour cette nouvelle. (commentaire laissé le 10 juin dernier)

C'est avec grand plaisir que l'on retrouve ici le capitaine Ludérik Aghraddon. Un capitaine à la retraite, Ludérik quitte la garde après quelques décennies de bons et loyaux services, il n'aspire qu'à une chose, une vie tranquille, une petite maison, un petit jardin, et personne pour venir s'occuper de ses affaires. Pas compliqué quoi.
Manque de bol, il se passe toujours quelque chose dans les Terres de Légendes, et l'auteur, c'est Fédou, pas vraiment le genre à vous pondre un texte pour vous expliquer comment bien réussir votre tarte aux pommes. Voilà-t-y pas qu'on retrouve un homme mort. Petit fils d'un des grands pontes du village dans lequel Ludérik a posé sa valise. Le capitaine Aghraddon, à la limite, ça n'est pour lui qu'un fait divers. Oui mais voilà, le mort, il n'est pas décédé genre tombé de son cheval ou détroussé par un brigand de passage, non, il aurait plutôt l'air d'avoir été griffé à mort. Par des chats??? Et la police sur place, c'est un sergent, certes à l'air bien gentil, mais surtout à l'air bien dépassé, et franchement pas aidé par ses hommes, jolie bande de bras cassés. Saccager le début d'une enquête, ça l'énerve Ludérik, donc il intervient, et évidemment, le voici impliqué dans l'histoire.... Du coup, c'est parti pour une enquête façon Hercule Poirot. Tout dans l'observation et la déduction. Avec des chats. Ca peut paraître curieux comme arme du crime, mais, c'est efficace.
Efficace comme la narration de Didier Fédou, toujours aussi bon, toujours aussi prenant. Monsieur Fédou semblait avoir annoncé un petit arrêt de l'écriture en début d'année, finalement il revient, et en grande forme! Yes!!!!
Voilà voilà. Sur ce, je m'en vais terminer LES FEUX DE LA FOI, que j'ai dans ma PAL depuis des mois mais que je n'avais pas encore ouvert. Suis vraiment à la ramasse niveau lecture!!!