OSEZ... LA MASTURBATION FEMININE

 

Jane HUNT

 

 

 

osez masturbation

 

 

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

La masturbation féminine a quitté l'enfer des pratiques «honteuses», voire condamnables, pour apparaître aux premières pages des magazines féminins.La vogue des sextoys a fini pourtant par dissimuler ce qui reste l’objet de leur usage : le plaisir féminin. Vous trouverez ici toutes les informations qui vous permettront, Madame, de découvrir votre corps et de jouer avec vos zones érogènes les plus secrètes. Mais Jane Hunt, déjà auteure de Osez la chasse à l’homme, ne se contente pas de vous donner un quelconque «mode d'emploi» ; elle explore également le monde des fantasmes féminins, tord le cou aux idées reçues qui entravent peut-être votre quête du plaisir, et se laisse aller à de revigorantes réflexions sur les manières les plus radicales de vivre une sexualité épanouie.Les hommes seront d’ailleurs bien inspirés de lire eux aussi ses conseils : ils retiendront au passage quelques « trucs » dont ils sauront bien faire usage, et seront sans doute séduits par le style vif et enjoué de ce guide aussi érotique que son sujet.

 

 

************************************

 

 

Extrait

Prologue :

La masturbation féminine est en voie de réhabilitation et l'éloge de cet art subtil fait aujourd'hui la une de tous les médias. Après l'avoir longtemps combattue, la haute académie des messieurs Purgons du sexe affirme que cette pratique délicieuse peut constituer un remède effi­cace à la frigidité. Soudain «utile», la masturbation féminine en devient «tendance». Si bien qu'on tombe aujourd'hui dans l'excès inverse : hors de la masturbation systématique et raisonnée, point de salut sous la couette. Sur le sujet, les traités abondent et les marchands ont envahi le temple d'Onan avec des sextoys ultramodernes en forme de canard ou de lapin d'un ridicule achevé.



Pourtant, à l'écart de ces parisiennes polémiques, dans certaines banlieues ou provinces pas si reculées, nombreuses sont les femmes qui hésitent à s'y adonner pleinement, sans honte, sans remords ni crainte. Nombreuses encore sont celles qui se gardent de donner leur plaisir en spectacle à leur partenaire, de peur d'être mal jugées. Rares sont celles qui se hasardent à demander à leur homme ce qu'elles souhaitent, au millimètre près, de peur de ne pas rentrer dans les normes édictées en la matière par Dorcel et consorts, producteurs de vidéos pornos, normes en lesquelles trop d'hommes croient encore. Trop fréquemment aussi, les femmes se censurent au lit ou chez elles au motif que la masturbation n'est pas une «véritable jouissance», mais une jouissance «volée» à leur partenaire.



C'est que l'onanisme des deux sexes -et surtout l'onanisme féminin - a été depuis des siècles frappé du sceau de l'infamie. Péché mortel de l'Antiquité au Moyen Âge, il est devenu porteur de maladies et de folie dans les sociétés modernes et hygiénistes. Puis, au début du XIXe siècle et jusqu'à il y a à peine trente ans, la masturbation féminine est apparue, sur le divan, comme le signe d'une immaturité psychologique.



Sa réhabilitation au rang de plaisir légitime et à part entière est donc toute récente. C'est pourquoi il était bon de produire ici, au sein d'une collection qui «ose», un petit écrit hors des chemins pénibles de l'expertise médicale et sociologique, afin de dédramatiser et rendre spontanéité et joie à un si simple et si honnête plaisir.

 

 

 

 

****************************************

 

Et voilà comment je vais encore me faire référencer en tant que site semi-porno par les outils de contrôle parental... ça faisait longtemps! Hé hé hé...

 

Je faisais un brin de rangement dans ma PAL papier, quand je suis tombée sur ce petit manuel, acheté il y a quelques années (j'ai l'édition de 2009). Je me suis demandé ce qu'il faisait là. Non pas que le sujet ne m'intéresse pas (!!) mais plutôt sûre que j'étais de l'avoir déjà lu?!  Il faut croire que non! Tout du moins, maintenant, c'est fait, c'est lu!

 

Un petit manuel décomplexé, qui apprend aux femmes à se décomplexer. Non, se masturber ce n'est pas mal. Au contraire, ça fait même beaucoup de bien. Osez la masturbation féminine est écrit par une femme, pour des femmes, le ton le montre... mais à mon avis, la véritable cible de ce petit ouvrage, ce sont les hommes. Jane Hunt répète régulièrement que les hommes ne sont pas des Dieux au lit, aucun, ou alors c'est rare, et qu'il faut les aider à nous faire jouir, et que s'ils ne sont pas réceptifs, s'ils ne veulent pas apprendre, s'ils restent campés sur leurs positions d'hommes dominateurs donneurs de plaisir nous laissant par là-même cantonnées dans notre rôle de femme simulatrice... eh bien, il faut changer d'homme. Comme qui dit "there are plenty other fishes in the sea". Jane Hunt incite les femmes à aller voir ailleurs si le plaisir avec un homme n'est pas au rendez-vous. J'ai même relevé une petite phrase, à mon avis visant purement les "lecteurs" (et non les lectrices), mentionnant que si une femme se voit obligée à se masturber après l'acte sexuel, car elle se sent frustrée, n'a pas eu son orgasme (bref, si elle se retrouve obligée à se finir toute seule), il ne faudra pas s'étonner si la femme en question se prend un amant.

 

Ce manuel, au demeurant bien fait, car il traite vraiment de masturbation féminine, a donc un autre sujet de fond. La complicité sexuelle dans le couple. L'homme ne se doit pas de masturber sa femme, mais s'il le fait, qu'il le fasse bien. L'homme en revanche, pour être catalogué "bon amant" se doit d'être à l'écoute du désir et du plaisir de sa femme. Sinon, eh bien, elle partira. J'ai trouvé ça un poil réducteur. On ne pose pas les bases d'un couple solide uniquement sur le sexe. Il y a tellement d'autres paramètres qui entrent en compte. Néanmoins... si ça peut faire comprendre à certains mâles que le nec plus ultra de la baise ce n'est pas le pilonnage intensif, la gente féminine n'aura pas tout perdu!!!!!!