LA DEMI-PENSIONNAIRE

 

Didier VAN CAUWELAERT

 

 

 

« Hélène a trente ans moins le quart, comme elle le dit pour s'y habituer.
C'est la fille la plus sexy, la plus joyeuse et la moins facile que j'aie jamais rencontrée.
En vingt-quatre heures, elle m'a donné une raison de vivre, un rôle à jouer, une seconde chance. Ce qu'elle attend de moi est complètement fou, mais j'irai jusqu'au bout de son rêve, même si je finis en prison, en morceaux ou chez les dingues.
Elle est lion ascendant lion, championne de voltige aérienne.
Sur terre, elle vit dans un fauteuil roulant.
Et, de nous deux, c était vraiment moi l'infirme. »

******************************

Eh ben oui, des fois, ça m'arrive, je lis autre chose que des auteurs indépendants. Vi vi vi. Et vu ce que je viens de lire, je me dis que c'est une bonne idée les indépendants.

Cette histoire d'une rencontre entre une handicapée physique et un handicapé de la vie est cliché à souhait. Je me suis ennuyée à la lire. Ce qui sauve les meubles, c'est l'humour de l'auteur. Je l'ai acheté lors d'une promo amazon, en me disant que tiens pour une fois j'allais faire comme tout le monde et lire du grand public. Quelle bonne idée j'ai eue là. J'ai lu sur le net que c'était loin d'être sa meilleure. Je confirme. De l'humour certes. Mais une ribambelle de bons sentiments aussi.

Alors voilà. Mon précédent billet, je n'avais pas aimé ce qu'avait écrit Didier Fédou, trop noir, pas assez de touche bisounours dans son histoire. Là c'est l'inverse. Trop bisounours! Donc oui, oui, oui, heureusement l'humour est là, ça permet de le lire façon deuxième degré...........