SALOPES - Dennis COOPER




salopes

 

 

Avis aux âmes sensibles, nous allons parler de queercore. Merci

 

 

**********************

 

 

Avec ma meilleure amie dont je suis séparée par quelques centaines de kilomètres, nous partageons un grand amour de la lecture. C'est pourquoi, ne sachant plus quoi lire ces derniers temps, je lui ai envoyé un SOS pour qu'elle me donne des idées (oui, ma PAL est déjà bien remplie, mais rien ne me tentait). Ma copine préférée m'a répondu "Cooper sans hésiter, ça changera de ce que tu lis en ce moment!". Je me suis dit "wow, on est en symbiose, je suis effectivement en train de lire du Cooper!!!"... Mis à part que Copinette pensait à "Glenn Cooper", le roi du suspens, tandis que moi j'étais en train de lire du "Dennis Cooper", le roi du queercore... Copinette pensait à me faire lire autre chose que du Maupassant, à savoir du policier, j'avais déjà changé de direction, mais en allant plus loin dans le virage...



Quatrième de couv' :

"Je l'ai ramené chez moi. Pas bavard, il ne semblait pas avoir envie de parler. Il ne m'a donné ni ses tarifs, ni dit ce qu'il aimait. Aussi, il avait ce léger tic qui lui faisait tendre le cou et ouvrir la bouche. Je me suis dit que c'était l'effet d'une drogue quelconque puisqu'il n'était pas clean, ça crevait les yeux. C'était pas les signes avant-coureurs qui manquaient mais le gosse était tellement une bombe que je les ai tous ignorés. Je ne regrette pas... Attendez, lisez la suite."



Dennis Cooper réinvente le genre épistolaire. Son roman se passe en quatre parties : la première sous la forme de "fiches" faites par des contributeurs sur un site d'escorts homo, les mecs disent ce qu'ils pensent de leur "rendez-vous", ce qu'ils ont fait avec leur escort, comment le mec réagissait, bref, sont-ils satisfaits? La deuxième partie reprend les mêmes contributeurs, mais sous la forme d'un forum où comme dans tout forum, chacun apporte sa pierre à l'édifice, sous forme de réponse brève ou longue. Troisième partie, sous forme de mails et de fax envoyés quasi exclusivement par le "héros" du bouquin. Quatrième et dernière partie : retour aux fiches contributeurs du site d'escorts. Un genre épistolaire 2.0....!! lol


C'est l'histoire d'un escort jeune, beau moyen moyen, mais avec un cul sensationnel : Brad -et par cul sensationnel, je pense plutôt "capacités d'accueil", "élasticité", façon "range-tout pratique", on se comprend?? - ainsi que l'histoire associée de son "mac"/ami, Brian. Le récit de tous les bons plans (et mauvais plans) de Brad/Brian, raconté par les contributeurs du net, tous clients, tous ou presque assez violents dans leurs fantasmes. On est loin du bon vieux sexe à la papa! C'est pédophile et scatophile, un peu. C'est sadique et masochiste, beaucoup. C'est ultra-violent. Les rapports sexuels sont racontés de manière très très crue, sans fioritures, sans poésie aucune, mais avec un luxe de détails dans le gore qui fait le bonheur du genre queercore. Nous jouons dans la cour du FF, du bareback, de la mutilation. Evidemment -si j'ose dire-, il va de soit que les rapports ne sont pas protégés. On ne parle du préservatif que pour dire qu'il n'y en a pas... On parle un peu du VIH, surtout pour expliquer que ben, on est séropo, alors à quoi bon se protéger (oui, protéger les autres, bof, c'est surfait, et puis surtout, vu ce qu'on lui fait subir à l'autre, il n'est pas à une atrocité près). Les mecs sont tous homos, grave déviants, les nez sont fourrés à la coke, le crystal meth coule à flots. Et youpi!


Dans le genre lecture subversive décalée qui dérange, on est en plein dedans. Et je n'ai pas trop aimé ce bouquin. "Ben tiens sans blague!!" je vous entends vous écrier d'ici, ah ah ha... Eh bien détrompez-vous. Quand on prend un bouquin queercore à lire, on ne s'attend pas à lire du fleur bleue, genre Babar fait sa cour à Celeste, donc pour le genre, je n'ai pas été déçue, c'était aussi trash que je l'imaginais, aussi dégueu que possible, aussi tout ce que vous voulez dans le hard à lire, bref, pour faire court : c'était exactement conforme à ce que j'attendais!

Là où j'ai été déçue, c'est sur l'histoire. Ca tourne autour de : Brad existe-t-il? Brad est-il un rôle? Brad est-il un rôle joué par plusieurs escorts ou un seul? Idem en ce qui concerne Brian. C'est ça pendant 240 pages. Ca n'avance pas. Ou enfin si, ça avance à sauts de puces. Pour se terminer on ne sait trop comment en eau de boudin (au passage, super décevante la fin!!).


L'histoire en elle-même tient sur un ticket de métro, le récit tourne en rond, entrecoupé par des scènes de sexe super hard et dégueulasses. Les protagonistes sont tous des homosexuels, ce qui est sympa, car la personne un peu influençable qui lit "Salopes" peut rapidement en arriver à penser que tous les gays mâles sont des cinglés déviants ultra-violents prêts à toutes les débauches, et accessoirement tous drogués et atteints du VIH... Charmant quoi...


Donc donc donc, pour bien clarifier les choses : l'action est conforme à ce que j'attendais, l'histoire en elle-même ne casse pas trois pattes à un canard, je me suis un peu emmerdée en lisant "Salopes", mais quelque part ça valait le coup de le lire, ne serait-ce que pour découvrir le genre.